Karel Fonteyne (Belgium) – best

16.03.2011 in15:00 in Creative,photoart -->


Share
Karel Fonteyne expose une série d’oeuvres à la Young Gallery de Bruxelles.
Une sélection personnelle de photographies prises au cours de ses 35 ans de carrière présente
sa nouvelle oeuvre: Pistoleros.
« Comme tous les enfants, quand je me baladais dans les bois ou sur la plage, je ramassais des bâtons en forme de pistolets… »
Cinquante ans plus tard, mes confrontations quotidiennes avec les atrocités, le massacre de Srebrenica, les génocides au Rwanda ou en Irak m’ont poussé à m’inspirer de ce qui avait commencé comme un jeu.
J’ai décidé de photographier ces petits bouts de bois avec une précision angoissante. En y ajoutant des mots et du texte, j’ai poussé ces images à un paroxysme inattendu.
Cette association devient un cri de résistance et un avertissement contre la cruauté infinie de l’homme.
Le printemps m’a semblé être la période idéale pour rassembler des pièces à conviction. Ce que les oiseaux laissaient tomber en construisant leur nid a été photographié et répertorié telles les preuves d’un crime.
Toutes ces pièces ont reçu une nouvelle affectation et une nouvelle signification. La branche d’olivier de la colombe s’est transformée en un « nid d’armes ». Cependant, le voile qui couvre notre société ne se soulève qu’en partie. La liste est trop longue. En effet, les conflits ont fait des centaines de millions de morts.
Pistoleros est un clin d’oeil triste et cynique aux événements politiques, aux massacres, aux dictateurs, aux victimes et à ceux qui les ont combattus par leurs paroles et leurs opinions.
Cette forme de photographie ne représente pas la cruauté, elle nous confronte à la carapace d’indifférence qui en devient le moteur.