hervé baudat*

17.08.2012 in15:35 in Miscellaneous -->


Share
ce dont il ne rêve pas, il le photographie, les yeux toujours ouverts sur ces ombres qu’il croise pour mieux nous hanter. tantôt le souvenir d’une amertume, ou d’une écume qui l’aura frôlé d’un peu trop près… tantôt l’orage qui menace puis qui gronde… ces amants, figés sous le ciel le savent, ses images nous transportent en des temps où l’absinthe coulait à flots.